Des outils pour évaluer son niveau de maîtrise des Tice | Formation et culture numérique – Thot Cursus

Des outils pour évaluer son niveau de maîtrise des Tice

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah  | t.gbedemah@cursus.edu

Des outils pour évaluer son niveau de maîtrise des Tice

Autant on attend des enseignants qu’ils utilisent les technologies de l’information et de la communication dans leur classe, autant il est primordial qu’ils disposent eux-mêmes de compétences numériques et informationnelles. Comment s’assurer de ces compétences à l’embauche et en amont lors de la formation ? Grande question qui trouve sa réponse dans les tests de positionnement mis en place dans différents contextes éducatifs.

Certificat informatique Internet – Enseignant

Depuis l’an 2000, la France a mis en place un système d’attestation de compétences en informatique et en internet, le B2i (Brevet informatique et Internet) et le C2i (Certificat informatique et Internet). Quatre ans plus tard a été créé le C2i spécialisé pour les enseignants dont l’intitulé exact est le C2i niveau 2 – Enseignant (C2i2e), qui est devenu obligatoire dans la formation initiale des enseignants en 2007.

Cette certification vise à « attester des compétences professionnelles communes et nécessaires à tous les enseignants pour l’exercice de leur métier dans ses dimensions pédagogique, éducative et citoyenne à travers les champs suivants : les problématiques et les enjeux liés aux TIC en général et dans l’éducation en particulier ; les gestes pédagogiques liés aux TIC ; la recherche et l’utilisation de ressources ; le travail en équipe et en réseau ; les espaces numériques de travail ; l’évaluation et la validation des compétences TIC dans le cadre des référentiels inscrits dans les programmes d’enseignement« .

Le site officiel du C2i propose un autotest pour se faire une idée des compétences requises et pour s’évaluer soi-même selon un référentiel en 9 points :

  • A1 Tenir compte du caractère évolutif des TIC
  • A2  Intégrer la dimension éthique et le respect de la déontologie
  • B1 S’approprier son environnement de travail
  • B2 Rechercher l’information
  • B3 Sauvegarder, sécuriser, archiver ses données en local et en réseau
  • B4 Réaliser des documents destinés à être imprimés
  • B5 Réaliser la présentation de ses travaux en présentiel et en ligne
  • B6 Echanger et communiquer à distance
  • B7 Mener des projets en travail collaboratif à distance

Chaque point est décliné en un ensemble de questions évaluatives des aptitudes de l’utilisateur. A la fin de chaque partie, l’utilisateur obtient un résultat qui fournit le score en pourcentage de bonnes réponses ainsi qu’une indication des questions non maîtrisées qui nécessitent sûrement une formation.

Cet autotest ne concerne que le C2I niveau 1, c’est à dire celui que tout étudiant du supérieur est censé obtenir au niveau licence (Bachelor ou Baccalauréat). Dansla bonne logique française en effet, il convient de monter l’escalier des compétences marche par marche, et on ne saurait envisager le C2I niveau 2 sans avoir le niveau 1 !

Lorsque vous désirez vraiment vous positionner vis à vis du C2I niveau 2, vous pouvez faire les tests proposés par les universités, telle l’université de Provence qui propose un test de positionnement gratuit en accès libre et un autre, plus précis, accessible uniquement aux inscrits à l’université pour préparer ce certificat.

Référentiel de compétences TIC genevois

A l’image du C2i2e, l’Etat de Genève en Suisse dispose pour sa part d’un référentiel de compétences MITIC (usages des Médias, de l’Image et des Technologies de l’Information et de la Communication) à l’usage des enseignants.

Ce référentiel comporte quant à lui 5 domaines de compétences :

  1. Connaître les ressources et leur mode d’utilisation ;
  2. Analyser
  3. Produire, exploiter et communiquer ;
  4. Développer une culture des médias de l’image et des technologies de l’information et de la communication ;
  5. Déontologie (agir avec éthique).

Ces domaines de compétences sont représentés sous la forme d’un pentagone pour souligner la complémentarité des domaines et l’absence de hiérarchie entre eux. Chaque domaine est décliné en compétences de bases puis illustré par des exemples.

Selon les informations fournies sur le site, il n’existe pas encore de certification obligatoire MITIC pour les futurs enseignants du canton de Genève.

Le site du référentiel propose aussi un jeu pour évaluer ses compétences TIC de façon ludique. En fait, l’enseignant est mis en position d’organiser un voyage scolaire et d’utiliser les Tice dans ce cadre. la situation est légèrement carricaturale et simplifiée, et il n’est pas certain que le participant y trouve des indications fiables sur son niveau de maîtrise des Tice et ses besoins de formation. De plus, la situation du voyage scolaire, largement donnée en exemple d’utilisation des Tice, n’est certainement pas celle qui symbolise le mieux la nécessaire intégration des Tice dans les activités pédagogiques, dans la mesure où elle reste exceptionnelle et pourrait laisser penser que les Tice n’ont rien à faire dans des séquences beaucoup plus banales.

Pays-Bas : un outil d’autopositionnement qui donne du sens à l’utilisation des Tice

L’outil néerlandais de positionnement individuel ICT assessment tool est encore plus intéressant que ceux que nous avons vus précédemment. En effet, l’enseignant est invité à évaluer lui-même ses compétences TIC face à deux autres dimensions de son métier :

  • Les situations de classe dans lesquelles il se sent à l’aise;
  • Ses opinions et croyances sur ce qu’est une « bonne éducation ».

Le positionnement se fait sur le mode déclaratif : pour chaque item, l’enseignant est invité à exprimer sur une échelle graduée son niveau d’accord ou d’habileté et celui qu’il souhaite atteindre. A la fin du test, il a accès à un tableau de résultats qui reprend :

  • Ses opinions sur l’utilité réelle des Tice;
  • Sa vision fondamentale de l’éducation (transfert, interaction, construction);
  • Ses habiletés dans l’utilisation des Tice dans quatre domaines : utilisation didactique, préparation de cours, environnement et veille, organisation personnelle et collective. Les quatre domaines sont rassemblés dans une roue de couleur. En cliquant sur un quadrant, on a accès au détail des items et à des suggestions pour améliorer rapidement ses habiletés.

Cet outil, réalisé par Kennisnet dont nous avons déjà parlé, existe également en version « équipe »; ce qui permet à l’ensemble des enseignants d’un établissement de comparer leurs résultats et de déterminer la hiérarchie de leurs besoins de formation d’une part, de voir dans quels domaines ils peuvent s’aider mutuellement d’autre part. Nous sommes loin ici de la certification obligatoire, mais en plein dans les compétences collectives acquises par mutualisation et formation commune.

Le grand mérite de cet outil par rapport aux référentiels de compétences Tice français, genevois et autres du même genre, est de lier étroitement les compétences Tice aux intentions pédagogiques. Ce test est accessible en anglais, et nous ne saurions trop vous recommander de le faire,

Le C2I niveau 2 enseignant (C2I2E)

MITIC, référentiel de compétences Tic, Canton de Genève

À propos de Xavier INGHILTERRA

Chargé de R. & D. en e-Learning (ICADEMIE) & Doctorant en SIC (I3m)
Ce contenu a été publié dans Apprenants, Communautés d'apprenants, Culture Web 2.0, NTIC, Qualification, Ressources pédagogiques, TICE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.