Icademie background
  • Publié le 04/03/2020 - 09h23
    par Marc Poncin

    CHRONIQUES EMPLOI-FORMATION

    La formation va toujours à la formation ? Que faire ?

    Cette expression, née de la réforme de 2004, voulait exprimer le fait que ce sont toujours les personnes déjà formées qui bénéficient de formations et pas les salariés qui en auraient le plus besoin.

    Chronique Emploi Formation X

     Ce qui a donné naissance au DIF devenu peu à peu CPF pour essayer d'infléchir toujours plus cette tendance. Mais qu'en est-il aujourd'hui ?

    Le salarié acteur de son parcours ?

    Autre expression née de ces réflexions qui souhaitait avec le DIF mettre le pied à l’étrier du salarié, pour lui apporter l’initiative d’une co-construction de parcours professionnel avec son employeur. Mais la difficulté persiste malgré les ajustements fait depuis, pour arriver au CPF monétarisé et à son appli.

    Une récente étude de Centre Info confirme que la formation est une chance, mais que les salariés restent peu acteurs.

    Une chance...

    Plus de 80% des personnes interrogées perçoivent bien la formation comme une chance pour évoluer professionnellement, voire comme une nécessité pour conserver son employabilité. Mais 60% d’entre eux la trouve contraignante et difficilement compatible avec leurs contraintes professionnelles.  

    Toujours peu acteurs

    Les salariés adhèrent au principe d’un porte-monnaie à leur disposition pour prendre l’initiative, mais ils ne sont que 30 % à avoir déjà émis des souhaits de formation, 22 % à avoir déjà contacté directement un organisme de formation et 18 % ont déjà suivi une formation de leur propre initiative, hors temps de travail. Ces résultats au regard des réformes successives, laissent supposer que la prochaine réforme n’est pas loin.

    Trêve de plaisanterie, une des questions centrales reste l’information sur ces dispositifs et leurs possibilités.

    L'information sur la formation ?

    Encore prêt de 60% des personnes estiment être insuffisamment informés sur la formation, aussi bien sur leurs droits que sur les ressources. Seulement un sur quatre connaît le montant de ses droits au CPF. Ils se retournent très souvent vers leur employeur et ceux qui espèrent suivre une formation en 2020 ont rarement une idée bien arrêtée sur sa thématique… 

    Cette enquête confirme à nouveau que c’est toujours les plus diplômés qui affichent le plus un désir de se former tout au long de la vie, les moins diplômés considérant que c’est aux pouvoirs publics et au monde de l’entreprise d’être responsables de leur parcours.

    Donc, chers acteurs de la formation, nous avons encore bien du travail pour participer à cette sensibilisation, pour l’employabilité des actifs et la compétitivité de nos entreprises.