Créer du lien en formation à distance, le talent de nos formateurs…

f1Le suivi de nos apprenants en formation à distance doit nécessairement prendre en compte cette dématérialisation de la salle de cours. Cet éloignement physique entre nos formateurs et nos apprenants demande une gestion différente de leurs échanges et une méthodologie bien rigoureuse. Des aspects que Franck Nouziès, formateur chez Icademie, a su maîtriser et dépasser…

Icademie :

-  » Vous assurez le suivi de mémoire de nos apprenants. Habitué des cours classiques en présentiel, comment avez-vous su gérer le suivi à distance, une nouveauté pour vous ?

Franck Nouziès :

- Pour ce qui est du suivi en lui-même, dans le fond, c’est la même chose qu’en présentiel. Cependant, j’ai dû adapter ma manière de travailler, et d’échanger avec les élèves, d’être plus synthétique et plus précis dans les réponses que je leur apportais. Notre méthode de travail se base sur le retour qu’ils font de leur formation. A moi ensuite d’intervenir en les réorientant en cas d’erreur. Par rapport au suivi de mémoire, j’attends d’eux une capacité d’analyse, et surtout dans la pertinence des stratégies et actions à mener. Mon principal conseil : développer son autonomie et surtout sa curiosité.

- Votre parcours professionnel, inscrit dans le développement commercial, le marketing, le management et la formation des équipes, vous permet d’apporter un plus dans l’accompagnement de vos étudiants ?

- La plus-value que je peux leur apporter c’est justement cette cohérence et cette relation que j’ai avec le monde professionnel. Chef d’entreprise dans le conseil et la formation en développement commercial, j’ai proposé à des apprenants en recherche de stage de pouvoir être l’entreprise support de leur stage. J’ai donc proposé à des étudiants en Bachelor Marketing de réaliser leur dossier et leur analyse sur la base de ma structure (ndlr.croissancemix), ou sur la problématique d’un de mes clients. Sur Toulon, j’ai permis à une étudiante de trouver un stage auprès d’un organisme, elle a ensuite enchaîné sur un emploi. S’il m’est possible d’inscrire nos apprenants au sein de mon réseau professionnel, je le fais… »

Propos recueillis par Elodie CARTIER

Publié dans l'Avis des tuteurs | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

[Vernissage] Expo. de peinture 12 déc. | Lyon

Agnès Falabet (Etudiante de GARH) organise une exposition de peinture :

du 7 novembre au 12 décembre 2014

Capture agnes

Le vernissage de l’exposition aura lieu :

le 7 novembre 2014 à 19h à l’Indochine, 51, rue Denuzière – 69002 LYON

www.indochine.oxatis.com

www.restaurant-asiatique-lyon.fr

Publié dans Agenda, Evénementiel | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Reconversion des footballeurs : Icademie et Europ Sports Reconversion s’engagent !

ESRIcademie et Europ Sports Reconversion ont noué un partenariat autour de la formation des footballeurs professionnels. Un engagement commun sur la reconversion des joueurs en activité mené depuis plusieurs années, une démarche que nous explique Juan HERRERO, chargé de mission – Europ Sports Reconversion.

Icademie :

- « L’Union Nationale du Football Professionnel s’engage dans cette démarche de formation des joueurs, pourquoi une telle démarche?

Juan Herrero :

- L’UNFP, en tant que syndicat, a pour mission « la formation en reconversion des joueurs« . Il s’agit d’un service apporté aux joueurs . Mon rôle est de leur donner l’information sur les formations, et de les accompagner pour penser l’après-carrière. Il nous faut les sensibiliser à cette problématique de formation, ce qui n’est pas toujours simple à aborder surtout pour un joueur en pleine ascension. Il peut être en effet paradoxal de concilier ce sentiment de réussite et le fait d’envisager la fin de sa carrière.

- C’est un accompagnement qui devient de plus en plus conséquent…

- Avant la carrière d’un footballeur était de 10 ans, aujourd’hui elle est plutôt de 5 ans. Ca va beaucoup plus vite. Ce sport draine aujourd’hui de plus en plus d’emplois, les 1ère et 2ème divisions ne sont plus les seules à faire vivre les joueurs. Il est plus simple d’avoir un métier dans le football, sans pour autant entrer dans l’élite. On compte entre 200 à 300 joueurs professionnels en activité en France, et entre 500 et 600 joueurs qui ont quitté le football depuis 3/4 ans mais que l’on accompagne également.

- Pourquoi le choix de la formation à distance ?

- En général, les footballeurs associent leurs études au sport jusqu’au Bac. Ensuite, avec les entrainements, il est plus difficile d’adapter la formation à la pratique professionnelle. Une étude indique que 50% des footballeurs professionnels sont détenteurs du Bac. Il faut donc leur donner les moyens de poursuivre des études au-delà du bac. Et en cela, l’université n’est pas adaptée. La formation à distance est un outil qui permet de suivre un cursus.

- Dans le cadre de ce partenariat, Icademie propose donc un catalogue qui répond à leur demande…

- Il y a certes une forte demande en diplôme d’éducateurs sportifs, mais cela n’est pas une généralité. Nos sportifs expriment aussi le souhait de se développer dans d’autres domaines d’activité. Et l’émergence des Bachelors a permis à nos joueurs d’accéder à ce nouveau diplôme. Le Bachelor Marketing et Management des activités sportives retient beaucoup l’attention de notre public, car en adéquation avec leur parcours. Le choix de la formation n’est pas non plus étranger à leur mode de vie. Pour nos professionnels de haut niveau, la gestion de leurs investissements les poussent à faire le choix de  formations dans le secteur « banque/finance/assurance ». Il en va de même pour l’engouement pour les filières immobilières. Et puis derrière ces domaines, il y a aussi des métiers.

- Votre objectif ?

- Qu’un joueur commence très tôt à s’intéresser à son après-carrière. »


Propos recueillis par Elodie CARTIER

Publié dans Accueil, Communiqué de Presse | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire