Icademie background
  • Publié le 18/02/2020 - 16h34
    par Marc Poncin

    CHRONIQUES EMPLOI-FORMATION

    Votre CFA d'entreprise rapidement, sans investir ?

    La nouvelle loi sur la formation professionnelle a libéralisé l’apprentissage, en offrant à toutes entreprises la possibilité de créer leur propre CFA.

    chronique emploi-formation IX

    Plusieurs entreprises s’interrogent ou nous interrogent sur l’opportunité de cette création.

    Alors quelles sont les différentes étapes administratives et les investissements nécessaires ?

    Cela suppose un certain nombre d’étapes plus ou moins complexes selon votre expérience en matière de formation.

    1. Créer un organisme de formation (OF) ?

    Si vous n’aviez jusque-là qu’un service de formation acheteur de prestations externes, il va falloir dans un premier temps créer un organisme de formation. Certes, cela n’est pas très compliqué et assez simple dans la démarche. D’ailleurs bon nombre d’entreprises ont déjà franchi cette étape.

    Mais cela nécessite tout de même une expertise plus approfondie pour gérer des actions de formations soi-même, produire les différentes pièces de suivi, sans compter la comptabilité spécifique et la déclaration annuelle à la direction du travail. Cette création nécessite donc d’investir dans de nouvelles compétences en ingénierie, en gestion de la formation et sans doute dans du matériel pédagogique. C’est en quelque sorte l’intégration d’un nouveau métier, d’une nouvelle structure qu’il faut bien évaluer en fonction des problématiques RH que sont les vôtres.

    2. Passer au stade de CFA ?

    Le passage d’organisme de formation à celui de CFA est très simple et peut se faire dans la même démarche que la création d’OF. Pour une entreprise qui est déjà organisme de formation, une simple demande d’extension d’activité suffit auprès de la DIRECCTE.

    Mais la gestion pédagogique, la gestion de la formation prend une toute autre dimension. L’ingénierie devient plus complexe puisque cela suppose forcément de gérer un ou des diplômes. Les obligations de suivi des apprentis sont également plus exigeantes.

    Cela suppose encore plus d’investissement en compétences spécifiques pour diriger et animer le CFA, mais également davantage de coûts de structure ou de fonctionnement pour produire les enseignements.

    3. La rentabilité de la formation ?

    Pour mettre en œuvre une formation avec un groupe d’apprentis, la question du seuil de rentabilité arrivera inévitablement. Il vous faudra alors, selon votre activité et les investissements engagés, au moins un groupe de 15 à 20 apprentis pour démarrer.

    Cette formation se réalisant dans un premier temps en présentiel, engendre des contraintes géographiques de regroupement si vos formations concernent plusieurs sites de votre entreprise.

    4. La souplesse de la formation ?

    La souplesse que vous pouvez être amené à rechercher recouvre deux axes.

    Le premier est celui de la portée géographique de vos formations, surtout si votre entreprise compte plusieurs entités réparties nationalement ou dans une grande région.

    Le second porte sur une planification des enseignements adaptée à votre organisation du travail.

    Pour répondre à cela, il faudra alors penser à mettre en œuvre une partie de la formation en E-Learning pour faciliter son accès et diminuer le coût complet. (coût complet = coût pédagogique + coût des salaires + frais de déplacements )

    Mais nous ajoutons cette fois une expertise et des investissements supplémentaires toujours plus complexes ?

    5. La stratégie RH ?

    Nous faisons tout de même le constat que ces différentes étapes apparaissent souvent plus aisées pour de grandes entreprises.

    Pourtant le point de réflexion numéro un reste le même, c’est-à-dire : celui des pénuries de compétences, des difficultés de recrutement et de fidélisation.

    Force est de constater que ces problématiques touchent aujourd’hui un grand nombre d’entreprises indépendamment de leur taille ou leur secteur d’activité.

    Ce serait donc dommage que tout le monde ne puisse pas profiter de cette libéralisation de l’apprentissage pour développer ses compétences et sa compétitivité.

    C’est pourquoi l’idée de co-construction de CFA en partenariat avec un CFA existant fait de plus en plus son chemin.

    Solution : un CFA en partenariat ?

    Bon nombre d’organismes de formations sont aujourd’hui devenus CFA et peuvent facilement intégrer de nouveaux apprentis.

    Pour les organismes de formation ou CFA existants, l’ingénierie administrative, financière et pédagogique est leur expertise et leur cœur de métier.

    Ils ont déjà réalisé tous les investissements évoqués et peuvent les mettre aujourd’hui au service des entreprises. Mais à quelles conditions ?

    Développer encore plus leur adaptabilité en proposant une part de personnalisation en lien avec les experts internes de l’entreprise.

    C’est-à-dire apporter une part de la formation et en personnaliser une partie avec du présentiel géré par l’entreprise, ou à travers de la formation en situation de travail (AFEST). Le CFA gère bien entendu l’ensemble de la progression pédagogique.

    Il s’agit donc aujourd’hui pour un CFA existant de répondre aux enjeux recherchés par les dirigeants d’entreprises à travers une création de CFA. C’est-à-dire mettre en œuvre une formation la mieux adaptée possible à son activité.

    Ce qui veut dire pour l’entreprise que le CFA existant peut lui apporter un service complet identique à ce qu’elle recherche à travers son projet de création.

    En revanche, cette prestation sera apportée pour le coût unique du contrat d’apprentissage puisque le CFA existant augmentera son volume.

    Cette coréalisation de CFA est donc sans investissement pour l’entreprise et la soulage de tout le parcours administratif.