Icademie background
  • Publié le 14/10/2020
    par Mathias

    ACTUALITÉS | CONSEILS | INFORMATIONS PRATIQUES

    Le bilan de compétences : pertinence et objectifs !

    Avec l’essor des nouvelles technologies, le monde du travail évolue à une vitesse accrue. Des métiers apparaissent et disparaissent en une décennie (qui se souvient de la création des services minitel 3615 ?).

    Bilan de compétences

    Avec l’essor des nouvelles technologies, le monde du travail évolue à une vitesse accrue. Des métiers apparaissent et disparaissent en une décennie (qui se souvient de la création des services minitel 3615 ?).  Il y a aussi le changement de mentalités, les nouvelles générations qui ne se contentent pas d’avoir un job et qui veulent s’investir dans une activité qui a du sens.

    Et enfin, il y a nous, avec nos envies et nos contraintes, des rêves et des remises en question. Avoir un métier qui nous plaît est fondamental pour être heureux, vu qu’on y passe la majeure partie de son temps et qu’on y consacre son énergie.

    Malheureusement, des millions de personnes ne sont pas heureuses dans leur travail. Pour celles-ci, la reconversion devrait se présenter comme une évidence, malgré les idées reçues qui fusent dans leur esprit : “je n’ai pas de diplômes”, “il y a trop de chômage”, “je ne sais pas quoi faire”, ou  “je n’ai pas de talents particuliers”…

    La reconversion est pourtant non seulement de plus en plus favorisée en France, mais aussi la réforme de la formation qui vient d’être mise en œuvre (avec la loi “Avenir professionnel”) ouvre de nouvelles perspectives…

    Donc, oui, considérons que vous pouvez faire le point pour cerner vos points forts, vos faiblesses, vos désirs et trouver ce qui est accessible pour vous. C’est ce que permet le bilan de compétences. 

    Qu'est-ce que le bilan de compétences ?

    Définition du bilan de compétences :

    Selon le Code du travail, le bilan de compétences a pour “objet de permettre à des travailleurs d’analyser leurs compétences professionnelles et personnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation”.

    • Ce n’est pas une formation.
    • Ce n’est pas une thérapie.
    • Ce n’est pas une évaluation.

    C’est plutôt comme une photo d’un instant T où l’on regarde ce que l’on a accompli et ce que l’on veut faire dans les années à venir.

    S’il est réalisé de façon formelle, avec un encadrement, il se déroule en général sur une vingtaine d’heures découpées en séances de 2 à 3h. Il s’étale sur 2 à 3 mois avec un rendez-vous tous les 15 jours. 

    Entre chaque rendez-vous, la personne qui fait son bilan accomplit un travail à la maison. Celui-ci est encadré par des outils (tests de personnalité, questionnaires, etc.) et il permet de nourrir les échanges avec le conseiller. 

    Le travail à la maison consiste par exemple à rencontrer des professionnels exerçant le métier envisagé ou bien étudier les formations qui permettent d’y accéder.



    Le bilan de compétences comporte 3 phases :

    1/ La phase préliminaire

    Il s’agit d’une analyse de la demande. Le conseiller définit précisément les attentes et les objectifs de la personne qui entreprend cette démarche. Il va alors adapter le bilan à la demande.

    2/ L’investigation

    On passe ensuite à l’analyse du profil, du parcours professionnel et personnel pour lister les compétences. On détaille l’ensemble de la carrière, ce que l’on a aimé et moins aimé, ce sur quoi l’on a été en difficulté. Cela va permettre de comprendre les motivations de la personne qui fait le bilan.

    L’investigation inclut aussi des évaluations avec des outils (divers tests et questionnaires).

    Tout cela permet de réfléchir sur le projet professionnel, d’identifier un métier et de rechercher des informations sur celui-ci.

    3/ La conclusion

    On a trouvé le projet, étudié sa faisabilité et précisé comment le concrétiser (formation, écoles, etc.). Le bilan débouche sur un plan d’action.

    Pour finir, la personne qui fait le bilan reçoit aussi une note de synthèse. 

    Le prix du bilan de compétences

    Un bilan de compétences coûte en général entre 1200 et 3000 €. Mais, il existe de nombreux organismes qui peuvent assurer sa prise en charge.

    Comment faire un bilan de compétences gratuit

    Le bilan de compétences est une prestation qui est prise en charge à 100 %. C’est pour cela qu’on peut dire qu’il est “gratuit”. Il faut néanmoins trouver l’organisme qui va le prendre en charge.

    C’est par là que tout commence et c’est donc la première chose à faire lorsque l’on entreprend cette démarche.

    Il est par exemple possible de mobiliser son CPF (Compte Personnel de Formation). Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’obtenir l’accord de l’employeur : le bilan peut être réalisé de façon confidentielle, sans informer son entreprise.

    On peut aussi se tourner vers les OPACIF, comme le Fongecif, dont la fonction principale est de gérer le financement des congés individuels de formation. C’est un des premiers organismes à consulter pour obtenir la prise en charge du bilan de compétences.

    On peut également faire appel à Pôle emploi, si l’on est demandeur d’emploi.

    Le bilan peut aussi être financé avec le plan de formation. Dans ce cas, l’employé fait le bilan avec l’accord de l’employeur. Celui-ci peut souhaiter le faire évoluer ou identifier, grâce à la gestion prévisionnelle des compétences (GPEC), des compétences stratégiques à acquérir.

    Enfin, on peut autofinancer le bilan. Dans ce dernier cas, il n’est pas gratuit. Il n’est là aussi pas nécessaire d’obtenir l’accord de son employeur.

    Pourquoi faire un bilan de compétences

    Pour commencer, il se présente comme un levier intéressant pour gérer votre carrière.

    Il permet de bien définir ses atouts et faire le point sur ce que l’on veut faire. Il va aussi permettre de tracer le chemin adéquat pour y parvenir.

    Il donne surtout la possibilité d’être accompagné(e) dans toutes les phases de transition, que ce soit pour :

    • une personne en fin de parcours scolaire et qui ne sait pas quelle orientation choisir
    • un changement au sein de l’entreprise
    • une envie de reconversion professionnelle non encore bien définie
    • le souhait d’articuler différemment vie professionnelle et vie privée

     

    Par ailleurs, le bilan de compétences permet de valider si l’on a les compétences requises pour le changement envisagé. Au fil de nos activités professionnelles et extra-professionnelles (associatives par exemple), on développe des compétences. Le bilan aide aussi à en prendre conscience.

    La grande force d’un bilan de compétences repose dans sa définition d’un projet clair et réalisable ainsi que la mise au point d’un plan concret pour se lancer.

    En résumé, le bilan permet :

    • de faire le point sur son parcours
    • de valoriser ses compétences
    • de réfléchir à de nouvelles orientations
    • d’élaborer un projet professionnel
    • de préparer avec soin cette nouvelle évolution professionnelle

    Quand faire le bilan de compétences

    Avant tout, précisons qu’il n’y a pas vraiment d’âge pour faire un bilan de compétences. Les professionnels du secteur travaillent le plus souvent avec des personnes ayant déjà une période de 10 à 15 ans d’activités.

    Mais même après 2 ou 3 ans dans un métier, il est déjà possible de faire un point, corriger une trajectoire ou s’interroger sur son avenir professionnel.

    C’est d’autant plus vrai lorsque l’on a pas pu faire d’études et que l’on s'est arrêté(e) avant le BAC ou peu de temps après et qu’au bout de quelques année de vie professionnelle, on aimerait rebondir, passer un diplôme ou se lancer dans un nouveau métier. C’est possible !

    ⇒ Remarque : s’agissant d’une phase de réflexion, il vaut mieux dans la mesure du possible choisir un moment où l’on a du temps. Une période calme ou plus creuse dans son activité par exemple.

    Où faire son bilan de compétences

    Quel prestataire choisir pour faire son bilan de compétences ? Voici nos conseils.

    1/ Rencontrez plusieurs organismes

    Les OPACIF disposent d’une liste de centres de bilan certifiés que vous pouvez consulter.

    Sachez que pour obtenir une certification, l’organisme doit répondre à un cahier des charges très précis.

    2/ Renseignez-vous pour savoir s’ils ont des spécialités

    Les organismes peuvent mieux maîtriser certains secteurs d’activités. S’ils ont une expertise au niveau du métier que vous envisagez, vous aurez un accompagnement plus éclairé.

    3/ Fiez-vous à votre ressenti

    Vous allez dévoiler des pans importants de votre vie à votre conseiller. Il est primordial de vous sentir en confiance avec lui.

    Est-ce que vous avez un bon feeling avec ce conseiller ?  Est-ce qu’il vous écoute vraiment ?

    Attention, il ne doit pas vous orienter dans vos choix ou vous “conseiller”. Il doit vous aider à faire ce que vous souhaitez vraiment faire.